Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Musée d'Aviation de Melun Villaroche

Publié le par Le Vieux Fox'il

Le MAMV est la branche musée de l'Association des Mécaniciens Pilotes d'Aéronefs Anciens (AMPAA) créée au début des années 80. L'AMPAA rassemble d'anciens du Centre d'Essais en Vol (CEV), dont Didier Chable, et le premier appareil restauré est un Nord 1101. L'association a rapidement grandi récupérant des avions de toutes origines et en fait voler quelques uns, tel T-6, Avenger, Hurel Dudois ou le mythique Vautour F-AZHP (aujourd'hui en pot de leur à Orange).

Au départ basée à Etampes, l'AMPAA se déplace vers Melun-Villaroche après le départ du CEV dans les années 90. C'est dans ce hangar (classé) signé Eiffel que germe l'idée d'un musée de l'aviation baptisé, il y a quelques années, Pierre Clostermann.

Nous avons pu découvrir une dizaine d'appareils, Blériot XI, Farman F40, Polikarpov PO-2, Nord 1002, Bucker 181, Morane 505, NA T-6, Avenger, Mystère IV et Mirage IIIB en extérieur et en vol durant le "Paris-Villaroche Air Legend" en septembre dernier > lien. En photo, T-28 Fennec F-AZKG (à vendre) et Skyraider F-AZKY.

Le Musée d'Aviation de Melun VillarocheLe Musée d'Aviation de Melun Villaroche
Tout a donc commencé avec ce Nord 1101 camouflé dont au moins deux exemplaires sont présents aujourd'hui.

Tout a donc commencé avec ce Nord 1101 camouflé dont au moins deux exemplaires sont présents aujourd'hui.

Dans le fond du hangar le travail ne manque pas. Du planeur Caudron C-800, au premier plan en rouge, en passant par les Dauntless, Firefly, Polikarpov PO-2, Laté 28 sont autant de pièces rares voir uniques qui seront à découvrir dans les années à venir, si des moyens financiers conséquents viennent un jour. De nombreux travaux sont à réaliser sur le hangar avant de pouvoir accueillir le public.

Dans le fond du hangar le travail ne manque pas. Du planeur Caudron C-800, au premier plan en rouge, en passant par les Dauntless, Firefly, Polikarpov PO-2, Laté 28 sont autant de pièces rares voir uniques qui seront à découvrir dans les années à venir, si des moyens financiers conséquents viennent un jour. De nombreux travaux sont à réaliser sur le hangar avant de pouvoir accueillir le public.

A gauche, unique dans cette version à deux bulles, le Fairey Firefly T2 et le Bristol Blenheim (Bolingbroke) reconstitué en statique à partir d'éléments de trois exemplaires.A gauche, unique dans cette version à deux bulles, le Fairey Firefly T2 et le Bristol Blenheim (Bolingbroke) reconstitué en statique à partir d'éléments de trois exemplaires.

A gauche, unique dans cette version à deux bulles, le Fairey Firefly T2 et le Bristol Blenheim (Bolingbroke) reconstitué en statique à partir d'éléments de trois exemplaires.

Pour ce Douglas SBD Dauntless c'est une longue restauration qui l'attend, opérée par des bénévoles de plus en plus nombreux.

Pour ce Douglas SBD Dauntless c'est une longue restauration qui l'attend, opérée par des bénévoles de plus en plus nombreux.

Tout en jaune le Morane 733 F-BLYG est bien entouré avec le Hurel Dubois HD-34, le fuselage détoilé de la réplique de Hanriot HD-1 (à droite) et les restes de l'Elytroplan.

Tout en jaune le Morane 733 F-BLYG est bien entouré avec le Hurel Dubois HD-34, le fuselage détoilé de la réplique de Hanriot HD-1 (à droite) et les restes de l'Elytroplan.

Ce De Rougé Elytroplan a été construit, dans les années 30, sur la base d'un fuselage de Mignet HM-14 avec une voilure de 6 mètres d'envergure. Il serait le premier appareil français équipé d'une dérive en T. De Rougé cherchait des solutions mécaniques afin d'éviter les crashs.

Echangé contre un rare Morane 230 et un Nord 1101 avec le musée de Prague, deux Iliouchin 10 Stourmovik sont présents. L'un d'eux doit revoler!

Echangé contre un rare Morane 230 et un Nord 1101 avec le musée de Prague, deux Iliouchin 10 Stourmovik sont présents. L'un d'eux doit revoler!

Le second exemplaire d'Iliouchin 10 dans une annexe. Il y a également un Yak 18.Le second exemplaire d'Iliouchin 10 dans une annexe. Il y a également un Yak 18.

Le second exemplaire d'Iliouchin 10 dans une annexe. Il y a également un Yak 18.

L'un était visible en extérieur durant le meeting, un deuxième Nord 1002 ce trouve à droite de cette remorque. Le nombre d'annexes autour du hangar est impressionnant.

L'un était visible en extérieur durant le meeting, un deuxième Nord 1002 ce trouve à droite de cette remorque. Le nombre d'annexes autour du hangar est impressionnant.

Il y a ce Junkers 52 (AAC-1) venant du Portugal.

Il y a ce Junkers 52 (AAC-1) venant du Portugal.

A ses côtés, la réplique de Latécoère 28 construit pour une série des années 80, "L'Aéropostale, Courrier du ciel".

A ses côtés, la réplique de Latécoère 28 construit pour une série des années 80, "L'Aéropostale, Courrier du ciel".

L'un des derniers arrivés est ce Westland Lysander qui évoquera très certainement la résistance dans la future muséographie.

L'un des derniers arrivés est ce Westland Lysander qui évoquera très certainement la résistance dans la future muséographie.

Le Max Holste 1521 Broussard N°64.

Le Max Holste 1521 Broussard N°64.

Quelques appareils civils avec ce Piper Cub en restauration (en réalité un L-4) et le Mudry Cap 21 N°001 F-WZCH.Quelques appareils civils avec ce Piper Cub en restauration (en réalité un L-4) et le Mudry Cap 21 N°001 F-WZCH.

Quelques appareils civils avec ce Piper Cub en restauration (en réalité un L-4) et le Mudry Cap 21 N°001 F-WZCH.

Deux autres planeurs, l'aile volante Fauvel AV-36 F-CBRS et le Castel 25S F-CRHD.Deux autres planeurs, l'aile volante Fauvel AV-36 F-CBRS et le Castel 25S F-CRHD.

Deux autres planeurs, l'aile volante Fauvel AV-36 F-CBRS et le Castel 25S F-CRHD.

De nouveau un Castel (C de CM Castello Mauboussin), le Fouga CM-170 Magister N°100.

De nouveau un Castel (C de CM Castello Mauboussin), le Fouga CM-170 Magister N°100.

De nombreuses pièces plus ou moins conséquentes font parties de cette collection. Éléments de V1, d'avions de la seconde guerre mondiale, de planeurs, ou bien cette aile de Breguet 960 Vulture. Le Vulture, construit à trois exemplaires au début des années 50, était un appareil d'attaque embarqué conçu pour la Marine Nationale. Équipé d'une turbine à l'avant et d'un réacteur à l'arrière, trop lourd, la Marine ne retient pas l'avion. Mais ces trois prototypes ont permis le développement ultérieure de l'Alizé. Seul subsiste cette aile aujourd'hui.

Une collection moteurs est présente. Ici des Hispano Suiza dans divers état.

Une collection moteurs est présente. Ici des Hispano Suiza dans divers état.

L'AMPAA a durant toute sa vie vu des avions passer, tel ces deux Morane Saulnier 317 ou Morane 500 peint en Fieseler Storch. Un certain nombre d'avions venus d'Egypte ont servi de pièces d'échanges, l'Association Renaissance du Simoun y a séjournée quelques mois, bref c'est un lieu qui vit. Espérons que le grand rêve d'un musée ouvert au public voit le jour, récompense de tous ces efforts donner pour la sauvegarde du patrimoine aéronautique.L'AMPAA a durant toute sa vie vu des avions passer, tel ces deux Morane Saulnier 317 ou Morane 500 peint en Fieseler Storch. Un certain nombre d'avions venus d'Egypte ont servi de pièces d'échanges, l'Association Renaissance du Simoun y a séjournée quelques mois, bref c'est un lieu qui vit. Espérons que le grand rêve d'un musée ouvert au public voit le jour, récompense de tous ces efforts donner pour la sauvegarde du patrimoine aéronautique.L'AMPAA a durant toute sa vie vu des avions passer, tel ces deux Morane Saulnier 317 ou Morane 500 peint en Fieseler Storch. Un certain nombre d'avions venus d'Egypte ont servi de pièces d'échanges, l'Association Renaissance du Simoun y a séjournée quelques mois, bref c'est un lieu qui vit. Espérons que le grand rêve d'un musée ouvert au public voit le jour, récompense de tous ces efforts donner pour la sauvegarde du patrimoine aéronautique.

L'AMPAA a durant toute sa vie vu des avions passer, tel ces deux Morane Saulnier 317 ou Morane 500 peint en Fieseler Storch. Un certain nombre d'avions venus d'Egypte ont servi de pièces d'échanges, l'Association Renaissance du Simoun y a séjournée quelques mois, bref c'est un lieu qui vit. Espérons que le grand rêve d'un musée ouvert au public voit le jour, récompense de tous ces efforts donner pour la sauvegarde du patrimoine aéronautique.

*Merci à Stéphane Duchemin pour le prêt de ses photos.

 

 

Joyeux Noel!

Commenter cet article

PASQUETTE Eric 14/02/2019 21:00

Bonjour,
J'ai connu l'association à l'époque ou elle était basée à Etampes Mondésir. Maintenant, je suis en Ardèche, pas trop loin du MEAC à Montélimar.
Je souhaiterai connaitre l'origine de ce Douglas SBD Dauntless.
Merci,
Bonne réception,
Bonne continuation,
Cordiales salutations.

Eric PASQUETTE

Dan 29/12/2018 08:53

C’est formidable de voir tous ces avions remis en état par des bénévoles !